Débordé·e au travail : que faire quand c’est trop ?

2 Mar ‘23
3 min
Stress et anxiété
Lisanne van Marrewijk
Gecontroleerd door Psychologue Clara Isabell Slawik
illustratie van persoon die overweldigd is door allerlei taken op werk

Commençons par le plus important : tout le monde se sent parfois débordé·e. Que ce soit à cause d’une remarque, d’une nuit blanche, d’une liste de choses à faire à rallonge ou d’un retour difficile après les vacances (ou tout ça à la fois), ce sentiment va et vient. Il fait partie de la vie. 

 

Mais la question qui se pose est la suivante : que faire lorsque trop, c’est trop ?

 

9 conseils lorsqu’on se sent débordé·e

 

L’actualité, le perfectionnisme, les changements dans votre vie, les troubles du sommeil : tous ces éléments contribuent à votre humeur. Mais qu’il y ait une raison évidente ou non, il est normal de se sentir dépassé·e par les évènements de temps à autre. Et lorsque cela se produit, il faut agir.

 

1. Prenez du recul par rapport à la situation

 

Lorsque l’on se sent débordé·e, on est tellement perdu·e dans ses pensées qu’il est difficile de faire preuve d’objectivité vis-à-vis de la situation. Prendre un peu de recul vous aidera à envisager les choses avec plus de légèreté.

Donnez-vous de l’espace pour respirer et observer la situation à distance. Par exemple, essayez d’envisager la situation d’une perspective différente ou du point de vue d’une personne complètement détachée de ce qui se passe.

Il est également utile de se concentrer sur une autre tâche (ou de faire quelque chose de complètement différent, par exemple aller se promener).

Bien qu’il puisse être difficile de s’éloigner de la situation (nous avons souvent du mal à lâcher prise), dans 99 % des cas, c’est la meilleure solution.

 

Faites un essai. Considérez-le comme une expérience. Vous verrez que le monde ne s’arrêtera pas de tourner, même lorsque vous n’y prêtez pas attention.

 

2. Écrivez vos pensées

 

L’écriture est un moyen puissant d’exprimer ses émotions et d’organiser ses pensées. Elle vous aide à faire face aux situations où vous vous sentez dépassé·e en réduisant le stress, en mettant vos idées au clair et en vous donnant du recul.

Peu importe que vous dressiez des listes, que vous écriviez un roman ou un brouillon illisible. Ce qui compte, c’est l’action : mettre des mots sur ce que vous traversez.

Commencez par écrire tout ce qui vous vient à l’esprit. Tout est valable, même si cela vous semble irrationnel ou non pertinent. Fiez-vous à votre intuition.

 

3. Parlez-en

 

Selon les experts, parler aide à décomposer ses pensées en petits morceaux, ce qui permet de se sentir moins dépassé·e. En outre, cela soulage les sentiments d’inquiétude et de stress, et contribue à se sentir compris·e et moins seul·e.

Parlez-en à un·e ami·e, à un·e collègue en qui vous avez confiance, à votre supérieur·e ou à un·e psychologue.

 

4. Prenez le contrôle de votre liste de tâches

 

Lorsque nous sommes débordés, nous ne sommes souvent plus capables de distinguer ce qui est important de ce qui ne l’est pas. Ou bien nous confondons important et urgent. Notre cerveau n’arrive tout simplement pas à trouver le moyen de maîtriser les choses.

 

Il est utile de noter toutes vos tâches, puis de les séparer en différentes listes.

 

La première étape consiste à noter vos tâches, à les classer par ordre de priorité (eh oui, même les petites tâches qui ruminent en arrière-fond dans votre tête) et peut-être même à les diviser en différentes listes. Vous introduisez ainsi une certaine structure et vous élaborez un plan, ce qui vous permettra de vous sentir moins dépassé·e.

 

La matrice d’Eisenhower est un bon outil que vous pouvez utiliser pour diviser vos tâches. Vous pouvez également les organiser selon cette liste de Liz & Mollie :

 

  • Tâches que je dois faire.
  • Tâches que je veux faire.
  • Tâches que d’autres personnes veulent que je fasse.

 

Considérez également ce qui relève de votre cercle d’influence et ce qui n’en relève pas. Cela peut sembler évident, mais nous nous inquiétons souvent de choses que nous ne pouvons pas changer (comme le comportement d’un·e collègue).

 

Conseil : divisez vos tâches en petites étapes que vous pouvez facilement cocher sur votre liste de choses à faire. L’achèvement d’une tâche vous donnera un petit coup de boost, qui vous motivera à vous attaquer au reste.

 

5. Accordez-vous une pause

 

Lorsque nous nous sentons dépassés par les évènements ou que nous avons trop de choses à faire, la première chose que nous faisons est de sauter nos pauses. Et pourtant, elles sont essentielles.


Lorsque nous sommes débordés, notre corps et notre esprit font des heures supplémentaires. Dans ces moments-là, nous avons besoin de nous reposer afin de recharger nos batteries, de nous remettre et d’avoir à nouveau une vision claire de la situation.

 

6. Bougez

 

Le mouvement, qu’il s’agisse de marcher, de danser ou de courir un semi-marathon, permet de sortir de sa tête et d’être plus présent dans son corps. Il vous aide à libérer vos émotions, afin d’éviter qu’elles ne vous submergent.

 

7. Pratiquez le mindfulness

 

Le mindfulness (ou méditation de pleine conscience) est un moyen pratique de mieux gérer ses émotions. Il augmente votre résilience, vous aide à vous concentrer sur le moment présent et vous apprend à prendre de la distance par rapport à vos pensées. 


S’il ne procure pas un soulagement immédiat, les personnes qui pratiquent régulièrement le mindfulness s’adaptent mieux au changement et gèrent mieux les émotions fluctuantes. Et c’est exactement ce dont vous avez besoin.

Conseil : pratiquez le mindfulness avec nous chaque semaine 

 

8. Ne soyez pas trop exigeante·e envers vous-même

 

Personne n’est parfait, y compris vous. Et ce n’est pas grave ! Essayez de revoir à la baisse les attentes que vous avez envers vous-même. Cela peut être éprouvant au début, mais vous vous rendrez vite compte que personne ne le remarque.

 

Apprenez à vous satisfaire du “suffisant”. Parce que c’est exactement ce que c’est : “suffisant”.

 

9. Dites “non” plus souvent

 

“Non” est une réponse claire et puissante. Et la clarté est toujours appréciée. Pourtant, nous avons souvent du mal à dire non, surtout au travail. Nous voulons faire plaisir aux autres et nous pensons que nous devons dire oui pour y parvenir. Mais cela ne pourrait pas être plus éloigné de la vérité.

 

Même si dire “non” semble effrayant et gênant au début, en le disant, vous découvrirez que le monde ne s’arrête pas de tourner si vous refusez de faire quelque chose ou d’aller quelque part. 

 

Besoin d’un petit coup de pouce ? 👉 Comment dire “ non “ (et pourquoi c’est si difficile)

 

Et souvenez-vous : se sentir débordé·e fait partie de la vie

 

Cela peut être difficile et embêtant, mais ce sentiment est tout à fait normal. Il fait partie de la vie, et nous devons tous en passer par là de temps en temps.

 

Envisagez-le comme un message de votre corps signalant qu’il est temps de ralentir, de réévaluer ce qui vous tient à cœur et compte vraiment. Cela vous aidera à surmonter ce sentiment d’accablement.

 

👉 Comment vivre vos valeurs (et en savoir plus sur vous-même au cours du processus)