Réseaux sociaux : quel impact sur notre bien-être ?

6 Feb ‘23
7 min
Mode de vie
Pleine conscience
Confiance en soi
Judith Knuvers
Gecontroleerd door Psychologue Lili Thoelen
Nous sommes nombreux à commencer la journée en consultant les réseaux sociaux. Dès que le réveil sonne, nous saisissons nos téléphones. Pour éteindre nos alarmes évidemment, mais aussi pour faire défiler notre fil d’actualité. Les réseaux sociaux sont un point de rencontre et de contact avec les autres, ainsi qu’une source d’information et d’inspiration. 

 

Mais toutes ces heures passées en ligne nous sont-elles bénéfiques ?

 

Un sentiment d’appartenance

 

Pour la plupart d’entre nous, c’est l’aspect social des réseaux sociaux, comme leur nom l’indique, qui nous intéresse le plus. Ils nous permettent de rester en contact, de discuter et d’échanger des expériences. Nous nous sentons plus impliqués, nous renforçons nos relations et nous nous reconnaissons dans les expériences des autres, ce qui nous donne un sentiment d’appartenance. Ces interactions sur les réseaux sociaux augmentent notre confiance en nous, nous nous sentons plus proches des autres et moins seuls.

 

Toutefois, les réseaux peuvent aussi avoir un impact négatif sur notre santé mentale. “Cela dépend principalement de la façon dont nous les utilisons”, précise Lili Thoelen, psychologue chez OpenUp.

 

Utilisation active ou passive

 

“La manière dont vous utilisez les réseaux sociaux influence la façon dont ils affectent votre  bien-être”, poursuit Lili. “Tout le monde n’est pas aussi réactif aux réseaux sociaux, mais la façon dont nous les utilisons a aussi son importance. Il y a une différence entre l’utilisation passive et l’utilisation active.”

 

L’utilisation active, qui consiste à publier, à liker et à commenter, nous permet de nous sentir plus proches des autres, de bénéficier d’un plus grand soutien et de nous sentir mieux en général. En revanche, lorsque nous nous contentons de faire défiler passivement les réseaux sociaux, les effets négatifs sont prédominants : nous tombons plus facilement dans des schémas de pensée négatifs, par exemple en nous comparant aux autres, et nous risquons de nous sentir anxieux, agités, tristes ou déprimés. 

 

“Une utilisation trop active n’est évidemment pas non plus bénéfique”, explique Lili Thoelen. “Mais partager une photo de temps en temps ou réagir à la photo d’une personne que nous connaissons peut nous rapprocher des autres. C’est une façon de garder le contact.”

 

Se comparer aux autres

 

“L’un des principaux pièges des réseaux sociaux est que nous finissons par comparer constamment notre vie à celle des autres, en particulier lorsque nous utilisons les réseaux sociaux de manière passive. Lorsque nous nous comparons constamment aux autres, cela peut conduire à l’insécurité et à une faible estime de soi. Ce qui est dangereux avec les réseaux sociaux, c’est que nous avons un aperçu superficiel de la vie des autres. Nous ne voyons pas les doutes et les insécurités qu’ils vivent au quotidien. Cela renforce notre sentiment de solitude.”

 

💡 Ceci pourrait aussi vous intéresser : Pourquoi nous comparons-nous aux autres, et que faire à la place ?

 

Lorsque nous discutons avec quelqu’un, qu’il s’agisse d’un collègue de travail ou d’un ami que nous retrouvons pour prendre un café, nous constatons souvent que nous ne sommes pas seuls à vivre nos expériences. Nous avons tous des jours sans… mais nous n’en voyons (généralement) pas beaucoup sur les réseaux sociaux.

 

Une vision déformée de la réalité

 

Autre inconvénient des réseaux sociaux : les algorithmes veillent à nous montrer du contenu similaire, ce qui signifie que nous ne sommes pas confrontés à d’autres perspectives et que nous développons une vision déformée de la réalité.

 

Cela dit, il est presque impossible d’imaginer notre vie sans réseaux sociaux. D’où l’extrême importance d’être conscient·e de la façon dont nous les utilisons : “Analyser comment vous utilisez les réseaux sociaux peut vous aider à comprendre comment ils affectent votre bien-être”, ajoute Lili Thoelen. Nous pouvons ainsi (apprendre à) aborder les réseaux sociaux consciemment, en ressentant davantage les effets positifs et moins les effets négatifs.

 

Comment utiliser les réseaux sociaux plus consciemment

 

1. Analysez vos habitudes

 

C’est le point de départ. Vous avez peut-être remarqué que vous passez beaucoup de temps sur les réseaux sociaux à certains moments de la journée, par exemple le matin ou en rentrant du travail. Prenez un moment pour réfléchir à ce que ces moments représentent pour vous. Comment vous sentez-vous ?

 

Y a-t-il d’autres moments où vous les consultez ? Nous sommes nombreux à avoir pris l’habitude inconsciente de saisir notre téléphone à intervalles réguliers tout au long de la journée et de jeter un œil aux réseaux sociaux. Essayez de prendre conscience de cette habitude.

 

En outre, demandez-vous si vous utilisez principalement les réseaux sociaux de manière active ou passive, et comment vous vous sentez à cet égard.

 

2. Choisissez qui vous suivez

 

Souvent, nous ne savons pas vraiment qui nous suivons et pourquoi, et nous suivons régulièrement des personnes qui ne nous apportent rien de positif. Demandez-vous si les personnes que vous suivez vous inspirent ou si elles vous donnent l’impression que vous n’êtes pas à la hauteur. À qui vous comparez-vous constamment ? Retirez de votre liste les personnes qui affectent négativement votre estime de vous.

 

3. Ne commencez pas la journée sur les réseaux

 

Nous commençons souvent la journée en faisant défiler notre fil d’actualité Facebook ou Instagram, ce qui l’intègre instantanément à notre journée. Si vous attendez un peu plus longtemps le matin avant de vous précipiter sur les réseaux sociaux, vous remarquerez probablement qu’ils ne vous manquent pas tant que ça et vous ressentirez moins le besoin de les consulter pendant la journée. Essayez !

 

4. Désactivez vos notifications

 

Après avoir regardé le documentaire de Netflix, The Social Dilemma, de nombreuses personnes ont décidé de désactiver les notifications sur leurs téléphones. Peut-être avez-vous fait de même. Bien que cela ne nous empêche pas toujours d’ouvrir nos applis pour connaître les dernières nouvelles, cela peut quand même faire une différence. En effet, à chaque fois que nous recevons une notification, nous sommes tentés de regarder de qui ou de quoi il s’agit. Et une fois que nous avons saisi notre téléphone, eh bien, nous savons tous comment cela se termine.

 

5. Limitez votre activité

 

Avez-vous remarqué que votre moral baisse lorsque vous faites défiler votre fil d’actualité, mais que vous ne voulez pas arrêter pour autant ? Heureusement, il n’est pas nécessaire de supprimer vos différents profils pour modifier l’effet de ces derniers sur votre santé mentale. Faire une pause de temps en temps peut faire une réelle différence.

 

Les avis sont partagés quant au temps que nous devrions idéalement passer sur les réseaux sociaux. Mais réduire leur utilisation à environ une demi-heure par jour aurait déjà un impact certain.

👉 Envie de savoir combien de temps vous passez sur les réseaux sociaux ? Sur la plupart des téléphones, vous pouvez consulter votre temps d’écran dans les paramètres. Vous y verrez le temps passé sur votre téléphone, mais également quelle partie de ce dernier est consacrée aux réseaux sociaux.

6. Bougez

 

Un excellent moyen de réduire votre utilisation des réseaux sociaux consiste, par exemple, à faire une petite promenade au lieu de faire défiler votre fil d’actualité pendant votre pause ou, si vous travaillez à domicile, à suivre un cours de yoga ou de sport par exemple. Bouger a un effet positif sur la santé mentale et vous donne un regain d’énergie, tandis que faire défiler votre téléphone pendant une demi-heure produit l’effet contraire.

 

7. Envisagez une détox digitale

 

Vous aimeriez passer moins de temps sur les réseaux sociaux ? Alors, envisagez une désintoxication numérique. Cette dernière peut prendre plusieurs formes selon la personne. Par exemple, vous pouvez ranger votre téléphone le week-end ou décider de ne pas consulter les réseaux sociaux le matin ou le soir. Vous pouvez aussi faire une “pause réseaux sociaux” et peut-être vous déconnecter pendant deux semaines. Réfléchissez à ce qui vous convient le mieux.

 

8. Souvenez-vous que ce que vous voyez sur les réseaux sociaux n’est pas la réalité

 

Dernier conseil de notre experte psychologue Lili Thoelen : “Sachez que ce que vous voyez sur les réseaux sociaux n’est pas la réalité.”

 

Vous avez envie de modifier votre relation avec les réseaux sociaux ? Essayez d’appliquer les conseils ci-dessus. Bien sûr, vous n’êtes pas tenu·e de les essayer tous en même temps. Voyez ce qui fonctionne pour vous.

 

Vous préférez en discuter avec un·e psychologue et déterminer ce qui vous convient le mieux ? Prenez rendez-vous pour une consultation d’introduction avec l’un·e de nos professionnel·le·s du bien-être.