Comment résoudre un conflit ou un désaccord avec un·e collègue ?

15 May ‘23
4 min
Efficacité au travail
Lisanne van Marrewijk
Gecontroleerd door Psychologue Paul Hessels
illustratie van twee collega's in een conflict
Les conflits ne sont évidemment pas toujours simples à gérer, mais ils sont parfois importants. Ils vous apprennent à faire les choses différemment, ou mieux. Et à voir les situations sous des angles différents. Vous avez besoin des conflits pour mieux vous comprendre les uns les autres et, en même temps, ils vous en apprennent plus sur vous-même et sur vos propres valeurs. Ils font partie de toute relation, y compris celle que vous entretenez avec vos collègues et votre supérieur·e.

 

Mais comment les gérer de manière constructive et faire en sorte qu’ils vous aident à avancer au lieu de vous prendre de l’énergie ? Le psychologue Paul Hessels explique comment résoudre correctement et professionnellement les conflits au travail.

 

Pourquoi vous ne devez pas éviter les conflits

 

Selon Johan Karremans, chercheur en relations humaines, éviter les conflits conduit généralement à plus de discorde entre les deux parties. “Son article porte peut-être sur les relations amoureuses, mais en fait ce n’est pas très différent de nos relations au travail”, souligne Paul. 

 

“Les frictions qui surviennent lorsque vous n’êtes pas d’accord avec quelqu’un vous aident à mieux vous comprendre et à trouver de meilleures idées ensemble. Rappelez-vous également que le conflit est une expérience subjective, c’est votre perception de ce qui se passe“. 

 

Parler de points de vue, d’idéaux et d’opinions différents améliore à la fois les relations et la communication entre les personnes et au sein d’une équipe. Tout d’abord, il n’y a rien de mal à avoir un conflit ou une divergence d’opinion de temps en temps. Même sur le lieu de travail. 

 

La première étape consiste donc à considérer un problème ou une divergence d’opinion non pas comme un inconvénient ou un revers, mais comme une occasion d’aborder les choses différemment et d’apprendre à mieux se connaître. Votre collaboration en bénéficiera à long terme.

 

Les conflits au travail

 

Une étude menée par la société Myers-Briggs (à l’origine des 16 types de personnalité) montre que près de 40 % des employés sont régulièrement confrontés à des conflits au travail. En conséquence, les managers passent environ quatre heures par semaine à résoudre ces conflits mutuels. 

 

“Il est donc important que nous apprenions à gérer les conflits de manière constructive. Peut-être même à les accepter. Les conflits existeront toujours. Il y a tant de gens, tant d’opinions. La meilleure façon d’y faire face est d’apprendre à parler d’un conflit”, explique Paul. 

 

La principale raison des désaccords avec un collègue ou un responsable est une mauvaise communication. C’est ce que montre la même étude Myers-Briggs. La Harvard Business Review ajoute trois autres éléments déclencheurs : le manque de transparence dans les exigences du travail, une pression temporelle déraisonnable et des attentes peu claires.

“La paix n’est pas l’absence de conflit. C’est la capacité à gérer les conflits par des moyens pacifiques.” – Ronald Reagan

Mais j’ai une aversion pour les conflits

 

Peu de gens apprennent consciemment à résoudre correctement les conflits. Qu’il s’agisse d’une petite confrontation ou d’une grosse dispute. Il n’est pas surprenant que nous préférions éviter les conflits. 

 

Si vous évitez les confrontations parce que vous avez peur de blesser les autres, nous appelons cela un comportement d’évitement des conflits. “Souvent, cette peur découle d’une crainte fondamentale de ne pas être aimé·e ou apprécié·e“, explique Paul. “C’est logique, car nous sommes des animaux sociaux, mais ce n’est pas toujours utile.

 

Parmi les caractéristiques de cette attitude, citons la peur de s’exprimer, la préférence pour le déni du conflit, les plaisanteries pendant la confrontation, la préférence pour garder son opinion pour soi lorsqu’on n’est pas d’accord avec quelqu’un et le désir que les autres nous apprécient.

 

Tout cela pour maintenir la paix, mais en fin de compte, cela signifie que vous n’êtes pas gentil·le avec vous-même. Lorsque vous évitez les conflits, vous ne résolvez pas le problème réel et vous accumulez les émotions. Et cela peut affecter votre santé physique et mentale, comme le montrent les recherches.

 

Paul : “À court terme, l’évitement d’un conflit vous permet de vous débarrasser de ce sentiment désagréable pendant un certain temps. Mais à long terme, le conflit continue de couver. En fin de compte, la douleur de l’évitement est plus grande que la douleur du conflit.”

 

Parler d’un conflit avec un·e collègue

 

Il est donc important d’oser faire face aux confrontations. C’est le point de départ d’une bonne résolution des conflits. 

 

Les étapes suivantes vous aideront à agir de manière constructive en cas de conflit. À la base, nous vous recommandons de changer votre point de vue et d’accueillir le conflit

 

  • Assurez-vous d’avoir le temps et l’espace nécessaires pour en parler. Il peut sembler discret de s’adresser à l’autre personne à la machine à café, mais ce n’est souvent pas la meilleure option. Vous ne voulez pas interrompre la conversation à mi-chemin parce que l’autre personne doit se rendre à une réunion. Assurez-vous de disposer d’un lieu et d’une heure où vous pourrez parler librement. C’est à vous de décider si vous fixez un rendez-vous ou si vous vous mettez d’accord entre vous.
  • Concentrez-vous sur le comportement et les événements. Et non sur la personnalité de l’autre personne ou d’un collègue tiers. Abordez l’événement et ce qu’il vous fait ressentir, communiquez à partir de ces sentiments et ne montrez pas du doigt. 
  • Écoutez. Écoutez pour mieux comprendre l’autre personne. Demandez plus d’informations. Essayez de ne pas raisonner l’autre personne et assurez-vous de comprendre son point de vue. Peut-être pouvez-vous même convenir que vous raconterez chacun votre histoire en premier, sans vous interrompre l’un l’autre. Cela vous oblige à écouter vraiment au lieu d’être sur la défensive. 
  • Expliquez clairement ce sur quoi vous êtes d’accord ou non. Confirmez avec l’autre que c’est vrai. Voyez si vous pouvez trouver un terrain d’entente. 
  • Discutez de la manière dont vous souhaitez résoudre le problème. Qu’est-ce qui est le plus important à résoudre maintenant ? Comment voulez-vous aborder la question ? 
  • Maintenez la communication ouverte. Maintenant que vous avez discuté du conflit ensemble, vous devez maintenir une bonne communication. Faites des compliments lorsque l’autre personne les mérite et cherchez des moments pour discuter (et apprécier !) votre élan vers l’avant.

 

Besoin de conseils sur votre situation personnelle ? Avec un·e psychologue, vous découvrirez comment gérer les sentiments et les pensées qui y sont associés.

Sessions individuelles

Parlez individuellement à un·e psychologue de l'efficacité au travail

Demander du soutien peut vous aider à relever vos défis et à trouver des solutions concrètes.